13-11-2017

Les risques des « restaurants chez l’habitants » dénoncés par le GNI


Le 6 novembre dernier, une délégation du GNI était reçue par Jacqueline Gourault, Ministre auprès du Ministre de l’Intérieur, afin d’aborder les dangers et dérives des plateformes numériques de réservations de repas payants chez l’habitant.
Le président du GNI Didier Chenet et le président des Restaurateurs au GNI Laurent Fréchet ont rappelé l’importante expansion des offres passées de 50 en 2014 à 12 000 aujourd’hui en France (dont 8 000 sur Paris), avec toujours aucune action concrète mise en place.
L’absence de contrôle des règles applicables à la restauration traditionnelle (hygiène, sécurité incendie, accessibilité, fiscalité des entreprises, lutte contre le travail dissimulé, vente d’alcool sans licence) étaient les principaux points abordés lors de cette réunion.
« L'Etat ne doit pas attendre un drame pour réagir », déclarait Didier Chenet. « Ces plateformes s’exonèrent de leurs responsabilités quand bien même elles ont parfaitement conscience du caractère illicite de l’activité de ces restaurants à domicile. Les règles de santé et d'hygiène dans la restauration sont des règles de santé et de sécurité publique, il appartient à l'Etat de les faire respecter. Au sortir de cet entretien il apparait que la Ministre a pris la pleine mesure des risques que cette forme de restauration présente pour nos concitoyens et touristes. Toutefois, au regard du caractère complexe de ce dossier et en raison des nombreux points à solutionner la Ministre s’est engagée à saisir l’ensemble des Ministres concernés (économie, santé, intérieur, MAE, numérique, agriculture...) dans le cadre d’une réunion interministérielle. Le GNI reste bien évidemment mobilisé et poursuit ses actions en faveur de la santé et la sécurité des consommateurs et des touristes. »


Se connecter

>> Accès abonnés :

Mot de passe oublié ?

>> Inscription :

Sélectionnez votre installateur de cuisine professionnel